TWO BUNNIES IN LOVE, l’interview « Quoi de neuf docteur ? »


two bunnies img 1 noir et blanc (c) F. Sodano

Crédit photo : F.Sodano

 

Ma musicale a eu le plaisir de rencontrer ce groupe de cinq jeunes français après leur concert au FNAC LIVE sur le parvis de l’hôtel de ville à Paris. Quelle est votre sentiment d’être invités au FNAC LIVE?

Ca nous fait énormément plaisir. On a des amis, les Concrete Knives, qui sont passés sur cette scène l’an dernier et on s’était dit pourquoi pas nous, et voilà c’est arrivé.

Pour vous quelle est la différence entre la FNAC LIVE et un concert classique?

C’est l’emplacement car c’est grisant de jouer en plein centre de Paris et c’est aussi très impressionnant. Ca permet aussi de se faire connaître car le public présent au FNAC LIVE ne nous connait pas forcément.

Depuis que vous avez gagné le RICARD LIVE, plein de choses se mettent en place ?

Oui en effet, on a la sortie de notre single « Duchesse » qui est tiré de notre EP « Manchester » qui sort le 15 septembre. Le single passe beaucoup sur les radios telles que OUI FM et sur le MOUV et qui marche plutôt bien. On a fait une tournée aussi avec Stuck in the sound. Ca nous a beaucoup aidé à développer notre travail sur scène et ça nous a amené aussi sur des scènes plus importantes.

Il y a deux familles dans le groupes comment gérez-vous ça et comment se passent les compositions?

Ca se gère très facilement et du coup on compose tous ensemble. Il n’y a pas une seule personne qui écrit tous les morceaux, même si Julien, le chanteur, écrit un peu plus les paroles.

Comment est venu le nom de Two bunnies in love?

C’était un soir, une partouze assez sympathique de lapins en peluches (rires).
Julien : et j’aimais bien la sonorité du mot bunnies.

Et comment gérez-vous cette récente notoriété?

Ca nous fait surtout beaucoup voyager. Et ça fait un certain temps que l’on fait tous de la musique et avoir une certaine reconnaissance, c’est ce qu’on attendait. C’est stimulant et quelquefois un peu stressant, mais on est très contents que ça arrive.
Julien : il était temps aussi de redorer la musique populaire (rires). J’espère bien moi aussi rentrer en France et aller chercher ma médaille à l’Elysées (rires).

Quel autre festival souhaiteriez-vous faire?

Spontanément je dirai la Route du Rock, ou Rock en Seine. Un festival où on ne soit pas programmé avec les Shaka ponk (rires) car ils sont très impressionnants.

Quels sont vos projets dans les mois à venir?

On part cette nuit très tôt pour aller à Ribérac demain pour un festival où on va rejoindre Vanessa Paradis, qui nous attend de pied ferme (rires). On a aussi le festival Cabourg Mon Amour fin août, et ensuite plusieurs dates en septembre, entre autre au Café de la Danse le 17 septembre à Paris.

Merci à vous cinq et on vous retrouve très vite sur les différentes scènes françaises.

 

Interview réalisée par Isabelle Grand-Dufay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s