Opus Jam : Motown A Cappella


opus-131

Crédit photo  : one seb photos

On peut sans risque classer la voix comme le plus vieil instrument de musique utilisé par l’Homme. Et probablement aussi, comme son plus bel organe !

Opus Jam ne nous contredira pas et rend un bel hommage « a cappella » au catalogue Motown. Née en 1995, la formation créée par Emmanuel Cappelaere (ça ne s’invente pas) a changé de nom, évolué pour s’agrandir, passant ainsi du format « à4 » au format à 6.

Les interprétations a cappella (littéralement « comme à la chapelle ») ont acquis depuis longtemps leurs lettres de noblesse et se sont s’affranchies de leurs attaches religieuses pour s’aventurer avec succès vers de nouveaux territoires comme le gospel, le jazz, le rhythm ‘n’ blues, la soul et la reprise de standards pop et rock.

L’accueil du public s’est souvent révélé chaleureux et les reprises a capella de groupes vocaux comme les Flying Pickets (l’énorme Only You des Yazoo), ou plus proches de nous les Pow woW (Le lion est mort ce soir, le chat) ont rencontré un énorme succès.

Avec « Motown A Cappella », Opus Jam réalise une prouesse, s’inscrire dans cette continuité et confirmer que l’A Cappella constitue bien désormais un art majeur qui joue (et surtout chante) dans la cour des grands !

opus-72Porté par les voix de Hervé Fontaine (baryton & beatboxer), Emmanuel Cappelaere (tenor), Sébastien Brumaud (soprano), Mike Louvila (baryton), Julien Guilloton (basse), Mathieu Becquerelle (tenor), le nouvel album de Opus Jam, « Motown A Cappella » attendu pour le mois de mars 2016, devrait séduire un vaste public et « enchanter » les amateurs de soul et de rhythm ‘n’ blues.

L’EP en notre possession présente six belles reprises soul et de grands classiques ayant contribué à façonner les grandes heures de la Motown, It’s Alright (Seal), Georgia On My Mind Ray Charles), Ain’t No Moutain High Enough, (Marvin Gaye), Lean On Me (Bill Withers),  Sir Duke (Stevie Wonder), I Want You Back (interprétée par les Jachson Five mais co-écrite par un collectif dont Berry Gordy Jr, himself, – fondateur du légendaire label Motown).

Avec la reprise de ces standards, Opus Jam démontre une incontestable maîtrise des harmonies et du groove reposant sur une longue pratique et de l’audace. Revisiter des standards ancrés dans toutes les mémoires, constitue en effet toujours un exercice périlleux et suppose le goût du risque.

Pour Mamusicale, le pari est gagné. Le sextet Opus Jam donne un nouveau élan à l’A Capella, en renouvelle le genre en combinant avec bonheur qualité des arrangements, dynamisme, couleur et rythmique des voix, beatboxing (ou Human beatbox : boîte à rythmes humaine – imitation vocale des percussions) et ouverture des choix musicaux.

L’écoute de l’EP réserve donc de très bonnes surprises, présente une belle homogénéité et une production soignée. Difficile dans ces conditions de se prononcer pour départager les concurrents. Saluons toutefois les versions de Its Alright, de Georgia On My Mind ainsi que les arrangements réalisés sur Lean On Me et Sir Duke.

Avec « Motown A Cappella », Opus Jam pose son empreinte, écrit probablement un nouveau chapitre des arrangements A Capella et ouvre la voie (ou les voix) à une belle aventure musicale.

Hautement recommandé.

Retrouvez toutes les dates de leur tournée 2016 sur opusjam.com

 

Chronique :Franck Talleux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s